rupture-conventionelle.jpg

Comment négocier une rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle est un mode de rupture du contrat de travail très apprécié par les salariés car elle offre de nombreux avantages.

Si vous êtes salarié et que vous souhaitez négocier une rupture conventionnelle, il y a des erreurs à ne pas commettre, et qui seront résumées ci-après.

L’assistance d’un avocat expert en droit du travail peut s’avérer très utile dès le stade des pourparlers afin de ne pas commettre d’impairs.

Le cabinet SEROR FELLOUS traite de nombreux dossiers de rupture conventionnelle et vous assistera afin de négocier votre départ dans les meilleures conditions.

1er

conseil : Eviter de critiquer votre employeur ou dénigrer l’entreprise

Même si les relations sont devenues très tendues et l’ambiance au travail exécrable, gardez en tête que vous souhaitez négocier votre départ à l’amiable et que vous allez devoir faire le premier pas dans cette démarche. Il est donc indispensable de conserver des relations cordiales sans oublier que vous êtes toujours – en tant que salarié- soumis à une obligation de loyauté.

Il ne s’agit pas pour autant de mentir sur les motifs de votre départ, mais à aucun moment vous devrez mettre en cause votre employeur, vous risquerez de le braquer et de le fermer à toute négociation.

2ème

conseil : N’imposez pas une date de départ trop rapprochée

Si votre employeur ne s’attendait pas à ce que vous sollicitiez une rupture conventionnelle, il va paniquer à l’idée de devoir vous remplacer, former quelqu’un etc…

Il conviendra donc de faire preuve de souplesse et de compromis, notamment en ce qui concerne votre date de départ afin d’augmenter vos chances d’obtenir une rupture conventionnelle.

3ème

conseil : Ne pas réclamer une indemnité de rupture conventionnelle trop élevée

La rupture conventionnelle doit être le fait d’un accord commun entre l’employeur et le salarié.

Elle ne peut en aucun cas être imposée à l’une ou l’autre des parties.

Il est évident que si votre employeur n’était pas disposé à vous voir quitter l’entreprise, vous risqueriez de le braquer et de le fermer à toute rupture conventionnelle si vous réclamez une indemnité de rupture trop importante.

Gardez en tête que vous avez le droit, au minimum, au montant de l’indemnité légale de licenciement.

4ème

conseil : Eviter le chantage de l’abandon de poste

Il est extrêmement risqué de menacer son employeur d’un abandon de poste ou d’un sabotage de votre travail en cas de refus de rupture conventionnelle.

Là encore, vous risquez de braquer totalement votre employeur, lequel, en cas d’abandon de poste ou de fautes commises au travail, vous licenciera sans indemnité de licenciement, ni préavis !

5ème

conseil : faire preuve de la plus grande discrétion jusqu’à votre départ

Rien de plus pénible pour un employeur d’apprendre par des bruits de couloirs qu’un de ses salariés souhaite une rupture conventionnelle.

Il faut donc être le plus discret dans votre projet de négocier une telle rupture, et éviter absolument d’en parler à vos collègues au risque de faire capoter votre projet.

Cabinet d'Avocats spécialisé en Droit social

Nos compétences en Droit du Travail sont nombreuses. Nous accompagnons nos clients, salariés ou employeurs, durant l'ensemble des procédures.

Contactez nous