blog-05.jpg

Qu’est-ce qu’un abandon de poste et quelles sont les conséquences ?

Un abandon de poste se définit comme une absence volontaire et injustifiée du salarié qui persiste à ne pas reprendre son travail, malgré la demande qui lui en est par son employeur.

Face à un tel comportement de son salarié, un employeur est souvent démuni dans la mesure où le Code du Travail ne réglemente pas la procédure à suivre. L’employeur ne doit pas agir dans la précipitation car il se peut que le salarié soit absent pour maladie ou accident ou ait rencontré une difficulté qui l’empêche d’informer son employeur de son absence.

Si au bout de 48 heures, l’employeur est toujours sans nouvelle de son salarié, il convient alors d’adresser à ce dernier une mise en demeure de justifier de son absence et de reprendre son travail sans délai.

Il est recommandé d’adresser un second courrier quelques jours plus tard en insistant cette fois sur le caractère préjudiciable de l’absence, la désorganisation qu’elle créée…et de nouveau mettre en demeure le salarié de reprendre son travail dans les plus brefs délais.

En cas d’absence de réaction du salarié, l’employeur pourra alors engager une procédure disciplinaire, voire envisager le licenciement pour faute grave du salarié.

Attention, cette procédure disciplinaire devra impérativement être engagée dans les 2 mois suivant la connaissance de l’absence. A défaut, la faute du salarié sera prescrite et le licenciement sans cause réelle et sérieuse.

La lettre de convocation à entretien préalable ou la mise à pied conservatoire interrompt cette prescription.

Attention, si votre salarié reprend son poste de travail, il ne sera plus possible de licencier le salarié pour faute grave suite à son abandon de poste car le motif du licenciement aura disparu.

Il est indispensable de vérifier si la Convention Collective applicable ne prévoit pas de dispositions spécifiques à respecter en cas d’abandon de poste ou de licenciement. Leur non-respect pour invalider la sanction.

En pratique, il est fréquent que les salariés se mettent en abandon de poste comme alternative à la démission. Ils attendent ainsi que leur employeur les licencie afin de pouvoir percevoir les allocations chômage après leur licenciement (ce qui ne serait pas le cas en cas de démission).

Cependant, pendant toute l’absence du salarié, celui-ci est privé de toute rémunération et l’employeur peut préférer laisser le salarié dans cette situation plutôt que de procéder à son licenciement.

Cabinet d'Avocats spécialisé en Droit social

Nos compétences en Droit du Travail sont nombreuses. Nous accompagnons nos clients, salariés ou employeurs, durant l'ensemble des procédures.

Contactez nous